Investir dans une coopérative, kesako ?

Que cela implique-t-il ?

Investir dans une coopérative agréée, telle que Vert d'Iris International, implique de soutenir financièrement un projet avec lequel le futur coopérateur partage des valeurs, idées et/ou objectifs. Le coopérateur décide d'utiliser une partie de son épargne pour soutenir un projet qui lui tient à cœur et de devenir acteur de cette même coopérative de par son implication lors de l'Assemblée Générale.

Quelles sont les obligations de la coopérative ?

Tout d'abord, la coopérative s'engage à soumettre pour approbation son rapport d'activité et ses comptes annuels à l'Assemblée Générale des coopérateurs, et ce minimum une fois par an. Cette obligation est entérinée dans les statuts de la coopérative et permet aux coopérateurs de participer à la vie et à l'évolution de la coopérative en exprimant leur opinion, et le cas échéant des propositions.
D'autre part, et dans le cadre de son agrément, Vert d'Iris International s'engage à respecter certains principes établis par le Conseil national de la Coopération (CNC) et qui lui permettent d'être exemptée de l'obligation de publier un prospectus. L’agrément par le CNC garanti que la coopérative est promotrice d'un entrepreneuriat socialement responsable.

Ces principes stipulent notamment que :

  • le montant récolté par la coopérative au travers de son appel public à l'épargne ne dépassera pas les 5.000.000€,
  • le montant maximal pouvant être souscrit par un coopérateur, toutes parts confondues, est de 5.000€,
  • Vert d’Iris International s’engage à fournir à ses (futurs) coopérateurs toutes les informations qu’il ou elle désire pour pouvoir investir en connaissance de cause.

Plusieurs outils sont disponibles à cette fin: notre site internet, nos statuts, notre brochure, notre page Facebook, nos comptes annuels publiés auprès de la Banque Nationale de Belgique, nos rapports d'Assemblée générale - et bien sûr l'e-mail, via lequel le futur coopérateur peut demander tout complément d'information.

Vert d'Iris International, en vertu de la loi du 25 avril 2014 portant des dispositions diverses, s'engage aussi à communiquer avec la FSMA (Financial Services and Market Authority) sur le contenu de son appel. Cette autorité décide ensuite si l'offre satisfait toutes les exigences qui permettent à la coopérative de lancer ou poursuivre son appel publique à l'épargne sans devoir publier de prospectus.

Quels risques prennent les coopérateurs ?

Comme tout investissement dans un projet d'entreprise, un certain nombre de risques existent - et il est important que le (futur) coopérateur investisse son argent en connaissance de cause. Vert d'Iris International met tout en œuvre pour minimiser ces risques et pour assurer une gestion saine de ses fonds, en s'assurant de la pérennité du projet et du respect de sa finalité sociale.

Nulle entreprise n'est malheureusement à l'abri de la faillite. Dans ce scenario (le plus) pessimiste, le coopérateur risquerait alors de perdre la valeur de ses parts puisqu'il sera impossible de les revendre pour en récupérer le montant. Un coopérateur ne s'engage jamais pour plus que la valeur de sa (ses) part(s).

Un autre risque est que l'octroi d'un dividende n'est pas garanti (car pour cela il faut que le bénéfice soit assez grand pour l'octroyer, conformément aux statuts). Ce dividende peut être comparé à l'intérêt que donnent les banques à leurs clients sur leur compte d'épargne. Mais le taux d'intérêt proposé par les banques étant actuellement tellement bas, cela vaut peut-être (sans doute?) la peine d'investir une partie de son épargne dans un projet qui contribue à l'économie réelle locale, et non pas à la spéculation risquée sur les marchés financiers...

La limite des 5.000 euros investis par coopérateur - et par coopérative - vise à protéger l'épargnant en l'empêchant de mettre tous ses œufs dans un même panier.

Investir dans la coopérative Vert d'Iris International ce n'est donc pas...

  • un don - car les coopérateurs deviennent acteurs de la coopérative et en partagent les bénéfices;
  • un placement de son épargne que l'on peut récupérer en un clin d'oeil - car pour récupérer le montant de ses parts il faut qu'une autre personne les acquière, et ceci peut être une procédure plus ou moins longue;
  • un moyen de s'enrichir sans limite, ni de spéculer - car ceci n'est pas l'objectif de la coopérative.